Équipe de France

Brèves d’Euro

Le championnat d’Europe des nations 2012 appartiendra bientôt aux livres d’histoire. Voici quelques faits à retenir.

■ Ménez l’ambassadeur
Jérémy Ménez s’est doublement illustré à l’Euro. Il y eut son carton jaune inutile et sa réponse pleine de poésie à Hugo Lloris lors du quart de finale contre l’Espagne (0-2). Buteur contre l’Ukraine (2-0), l’attaquant du Paris SG fut également le seul joueur de L1 à planter durant cette compétition.

■ Culotté
100 000 euros d’amende et un match de suspension. Ce fut le prix à payer par Niklas Bendtner, l’attaquant danois, pour avoir exhibé, après un but, un caleçon sur lequel était floqué le nom d’un site de paris en ligne irlandais. Quant à savoir qui du joueur ou de son sponsor s’est acquitté de l’amende…

■ S’il n’en reste qu’un
Il y avait un Français en demi-finales de l’Euro. Stéphane Lannoy, élu en mai dernier meilleur arbitre de L1, fut désigné par l’UEFA pour arbitrer Allemagne-Italie (1-2). Une rencontre abordée comme les autres, plein de flegme et de concentration. « Il faut se préparer de la même manière, quel que soit le match. » Fervent opposant à la vidéo, le meilleur arbitre français aime à rappeler qu’il travaille « dans un grand groupe de distribution, au département… vidéo » !

■ S’il n’en reste qu’un
Il y avait un Français en demi-finales de l’Euro. Stéphane Lannoy, élu en mai dernier meilleur arbitre de L1, fut désigné par l’UEFA pour arbitrer Allemagne-Italie (1-2). Une rencontre abordée comme les autres, plein de flegme et de concentration. « Il faut se préparer de la même manière, quel que soit le match. » Fervent opposant à la vidéo, le meilleur arbitre français aime à rappeler qu’il travaille « dans un grand groupe de distribution, au département… vidéo » !

■ Clap de fin
Mark Van Bommel (79 sélections, salué ici par Wesley Sneijder et Arjen Robben) a annoncé l’arrêt de sa carrière internationale après l’élimination des Pays-Bas lors du 1er tour. « Place aux jeunes ! » Mais celui qui est rentre au pays (PSV Eindhoven) après un passage par le Bayern, le Barça et le Milan AC laissait la porte entrouverte. « Si le coach aura besoin de moi à l’avenir, je serai disponible. » En Hollande, les annonces sont aussi floues que les plans de jeu 2012. Une certitude : Bert Van Marwijk, beau-père de Van Bommel, qui avait succédé à Marco Van Basten en 2008 et mené les Oranje en finale de la Coupe du monde 2010, a démissionné.

■ Jetro mieux que Scifo
Les Pays-Bas n’ont pas seulement battu des records peu enviables au cours de cet Euro. Lors du premier match contre le Danemark (0-1), le défenseur latéral gauche Jetro Willems est devenu, à 18 ans et 71 jours, le plus jeune joueur de l’histoire de l’Euro. Il efface des tablettes Enzo Scifo, 18 ans et 115 jours contre la Yougoslavie lors de l’Euro 1984 en France.

■ Tyton le tueur
Przemyslaw Tyton a fait chavirer Varsovie et la Pologne toute entière en détournant le penalty de Giorgos Karagounis contre la Grèce lors du match d’ouverture de cet Euro (1-1), alors qu’il venait de rentrer sur le terrain et n’avait pas encore touché le ballon. Ce fait d’armes restera l’une des images fortes de la compétition côté polonais. Les Grecs auraient dû davantage se méfier : le Tyton en question est surnommé « Le tueur de penalties » aux Pays-Bas depuis qu’il s’est fait la spécialité de les détourner dans les buts du PSV Eindhoven.

■ Buvez, éliminées !
Avec 9 buts encaissés en 3 matches, la pire défense de l’Euro jouait en vert. L’Irlande s’est montrée, de loin, la plus faible des seize nations engagées. Mais on n’allait pas se priver d’une mousse pour ça… A la vôtre, les filles. Buvez, vous êtes éliminées !

■ Bombasse Arena
L’ouverture prônée par Joachim Löw en début de tournoi (présence des femmes, petite clope et petit coup de rouge autorisés) a trouvé ses limites. La compagne de Sami Khedira, le mannequin Lena Gercke, est devenue la cible des autres femmes de joueurs, jalouses. La Fédé allemande aurait même demandé à la belle de la jouer soft et de s’habiller plus chaudement pour la demi-finale contre l’Italie. Il faisait plus frais sur Varsovie que sur Donetsk et la « Bombass Arena », c’est vrai.

■ Voix off
Une minute de silence a été observée avant le coup d’envoi de Suède-France en hommage à Thierry Roland. Michel Platini, président de l’UEFA, s’est rendu aux obsèques de la voix légendaire du football français, décédée d’un AVC dans la nuit du 15 au 16 juin. A 74 ans, celui qui avait couvert 13 Coupes du monde et 9 championnats d’Europe avait dû renoncer à commenter l’Euro après s’être fait opérer d’un calcul vésiculaire. Un accident vasculaire cérébral l’a emporté juste après la victoire des Bleus contre l’Ukraine. Sa dernière.

■ Le mercato de l’Euro
Plusieurs joueurs ont vu leur transfert se finaliser alors qu’ils étaient plongés dans la compétition. Voici les transferts de l’Euro :
– Jordi Alba (Espagne) de Valence au FC Barcelone
– Olivier Giroud (France) de Montpellier à Arsenal
– Marvin Martin (France) de Sochaux à Lille
– Theodor Gebre Selassie (en photo, République Tchèque) du Slovan Liberec au Werder Brême
– Keith Andrews (Irlande) de West Bromwich Albion à Bolton
– Vedran Corluka (Croatie) de Tottenham au Lokomotiv Moscou
– Mario Mandzukic (Croatie) de Wolfsburg au Bayern Munich

■ Pas de triplé en 2012
Michel Platini (2 fois), David Villa, Patrick Kluivert, Sergio Conceiçao, Marco Van Basten, Klaus Allofs et Dieter Müller : voici le club très fermé des joueurs ayant réussi un triplé en phase finale de l’Euro. Il ne s’est pas élargi. Mario Balotelli aurait pu mais… A noter que Michel Platini reste toujours le meilleur buteur d’une phase finale avec 9 buts. On fut loin d’approcher ce total au cours de cette édition.

■ Jamais deux sans trois
Deux fois seulement, deux équipes s’étaient retrouvées en finale après s’être affrontées dès le premier match de poule et à chaque fois, la même équipe s’était imposée. En 1996, l’Allemagne avait battu la République Tchèque 2-0 puis 2-1 (but en or) en finale. En 2004, la Grèce avait battu le Portugal 2-1 en match d’ouverture et 1-0 en clôture (en photo, Luis Figo face à Theodoros Zagorakis). Cette fois, l’Espagne a balayé l’Italie 4-0, faisant oublier leur nul 1-1 en poule.

L’Euro des records
On craignait le flop ? L’Euro 2012 a battu tous les records d’audience. Sur place, à la télé comme sur le Net. Plus qu’un succès, un triomphe, comme en témoignent les relevés officiels de l’UEFA (après les quarts de finale).

• DANS LES STADES
Affluence totale : 1,3 million de spectateurs.
Affluence moyenne : 45 435 spectateurs par match avec 56 070 spectateurs à Varsovie pour Pologne-Grèce (le match d’ouverture, en photo) et 64 640 à Kiev pour Suède-Angleterre. Soit un taux de remplissage de 98,6%.

• DANS LES FANZONES
Affluence totale : 4,9 millions de spectateurs (en photo, la fanzone de Kharkiv avant Ukraine-France).
Nombre record de spectateurs lors d’une même soirée dans toutes les fanzones le 16 juin, le soir de Pologne-République Tchèque et Grèce-Russie : 455 000 personnes.
Meilleure affluence dans une seule fanzone, le 19 juin à Kiev, soir d’Ukraine-Angleterre : 180 000 personnes.

• A LA TELE
Meilleure audience télé de tous les temps en Pologne : 14,7 millions de téléspectateurs en moyenne avec un pic à 16,2 millions de téléspectateurs pour Pologne-Russie.
Le quart de finale Allemagne-Grèce (4-2) a signé la plus grosse part de marché en Allemagne : 77,8%.
Le quart de finale Angleterre-Italie a réalisé la plus grande audience d’un quart de finale dans l’histoire de l’Euro : plus de 100 millions de téléspectateurs.
Au Royaume-Uni, le quart de finale Angleterre-Italie a réuni en moyenne 20,3 millions de spectateurs (67,8% de parts de marché), soit le meilleur score depuis Angleterre-Portugal lors de l’Euro 2004. Un chiffre supérieur au mariage du Prince William l’an passé (13,6 millions) et au concert donné en l’honneur du jubilé de diamant de la reine Elisabeth (14,7 millions).
Aux Etats-Unis, les audiences de l’Euro sur ESPN s’élevaient à 1 million de téléspectateurs en moyenne, soit une audience supérieure de 82% par rapport à l’Euro 2008.
ESPN Deportes, le réseau sport en langue espagnol d’ESPN, a vu son audience bondir de 142% (228 000 téléspectateurs contre 94 000 en 2008).

• SUR LES RESEAUX SOCIAUX
Plus de 750 000 fans ont consulté la page Facebook officielle de l’Euro 2012.
142 500 personnes ont suivi @uefacom sur Twitter.
On a enregistré plus de 7 tweets par seconde utilisant #EURO2012 au plus fort de la compétition.
Il y a eu plus de 750 000 fans sur la page Google+, qui était l’une des pages à la croissance la plus rapide sur Google+.

Populaires

To Top