Équipe de France

Bacary Sagna, cheveux courts, idées longues

Le défenseur de Manchester City Bacary Sagna a retrouvé sa place de titulaire chez les Bleus avec une assurance nouvelle, notamment dans sa qualité de centre. Tout frais, tout beau, le trentenaire !

« Sagna a été énorme cette saison et je suis content pour lui car c’est un super mec et un super joueur. » Dans la niche des clubs les plus riches, où les hivers sont comme dans la pampa, parfois rudes, et les ego féroces, la sortie de Pablo Zabaleta au début du printemps en disait long sur le niveau de jeu du défenseur de l’équipe de France. L’Argentin, qui barrait Bacary la saison dernière dans le onze de Manuel Pellegrini, titulaire inamovible qu’il était, a carrément évoqué la possibilité d’un départ cet été. « Ça me donne l’occasion de réfléchir à mon avenir, oui. »
Et ça renvoie à la pensée très alsacienne d’Arsène Wenger qui disait, un an après l’arrivée de Sagna à Arsenal, en 2008 : « Quand il prend la place de titulaire, c’est fini. On ne peut plus le bouger. Il est inamovible. » Pourtant, il l’a laissée vacante plus d’une fois en équipe de France. La faute à des blessures terribles, dont deux fractures répétitives à la jambe droite (tibia-péroné puis péroné), sans oublier cette chute effrayante sur les cervicales à l’été 2013. Au grand casino de l’infirmerie, il a chèrement payé pour voir. Il a mangé du tapis aussi, mais roulant celui-là. Il a suivi l’Euro 2012 avec les béquilles, le plâtre et la télé pour seuls liens avec les potes. « Je ne nous ai pas trouvés mauvais. Tout s’est joué contre la Suède. Si on finit 1ers du groupe, on peut aller en finale. »
Remplaçant au Brésil, il a vu Mathieu Debuchy gérer plutôt bien les affaires courantes dans le couloir droit de la défense. Didier Deschamps lui préférait alors son successeur chez les Gunners et surtout, son impact offensif, sa capacité à dédoubler. Et un peu sa qualité de centre. Sagna n’a jamais bronché. Pas son genre. Plutôt bosseur, le garçon. « J’arrive tôt à l’entraînement, je repars tard. Je fais du rab’. Du centre, du centre. »
Et pendant que Mathieu Debuchy, dans une sorte de copier-coller de la guigne, a passé près d’un an en salle de soins à Arsenal, Bacary a repris la main dans le couloir droit chez les Bleus. Et là, presque d’une main de maître. Il centre mieux, a moins de déchet. Il s’est retrouvé dans le dernier carré de la Ligue des champions avec l’assurance des vieux sages.
A l’Euro, le voilà devant le plus beau défi de sa carrière internationale. Il se rappelle encore de l’ambiance des grands soirs de 1998, le Stade de France et toute la France au stade. Il venait d’intégrer le centre de formation de l’AJ Auxerre en provenance du voisin, le FC Sens. Bientôt, il allait toucher la CFA2 puis la CFA, à 18 ans. Le début de la grande aventure et des dreadlocks arc-en-ciel. Mais ça, c’était avant.
Depuis l’été dernier, Bacary a les cheveux aussi courts que les idées fixes. « C’était le moment, j’avais cette coupe depuis mes 18 ans. Je suis retourné au Sénégal, il y avait une fête traditionnelle et je devais me couper les cheveux. Je savais que ma grand-mère n’aimait pas trop, j’ai voulu lui faire plaisir. » La sagesse du trentenaire, peut-être. A 33 ans, il avance vers l’Euro sur ses deux jambes. Serein et ambitieux.

PROFIL
Latéral droit
Né le 14 février 1983 à Sens
33 ans
1,76 m, 72 kg
Club : Manchester City (ANG)

VISA
55 sélections
Première sélection : le 22 août 2007 à Trnava (Slovaquie), Slovaquie-France 0-1 (amical)
Sélectionneur : Raymond Domenech
Expérience à l’Euro : 0 match
SA SAISON INTERNATIONALE 2015-16 : 6 matches, 495 minutes jouées,
1 passe décisive
SITUATION PERSONNELLE
Sous contrat jusqu’au 30 juin 2017. L’arrivée de Pep Guardiola peut changer la tambouille interne à City mais n’est pas de nature à l’inquiéter plus que ça, bien au contraire. Il en a vu d’autres. C’est son quotidien depuis huit ans déjà. A 33 ans, une prolongation de contrat peut l’intéresser, à moins d’en négocier un dernier qui ne se refuserait pas, ailleurs. Mais c’est un compétiteur, un vrai.

Populaires

Presse magazines

Société d’Édition de Sites Internet Musicaux et Sportifs

Vélo Tout Terrain Planète Cyclisme City Ride Ride it

© 2017-2018 Editions Blue Print / SESIMS

To Top