Équipe de France

Allemagne : Le titre, sinon rien !

La quiétude des bords du lac Léman et d’Evian, leur camp de base, est un trompe-l’œil. Les Allemands n’ont pas d’autre objectif que la victoire finale. Chaud devant !

Dix ans déjà qu’il a pris la succession de Jürgen Klinsmann. Dix ans que l’éternel homme de l’ombre prend la lumière. Il la prend plutôt bien. Sur le toit du monde au Brésil, il a refusé de se retirer en pleine gloire, à la différence de Philipp Lahm, par exemple, jeune retraité international à peine trentenaire. Entre lui et les joueurs, c’est différent.
Joachim Löw, qui était pourtant, sur la vague du sacre allemand, l’un des coaches les plus courtisés par les plus grands clubs européens (on a parlé de Chelsea et du Real Madrid, notamment), est resté droit dans ses bottes, comme ses mèches de cheveux. C’est une certaine idée de l’ordre qui régit sa carrière.
Joachim Löw, c’est un peu le symbole de l’organisation à l’allemande, la proximité avec ses joueurs en plus. Le voilà donc devant son troisième Euro. Le premier s’était arrêté en finale. Le deuxième en demies. Il lui reste à gravir une marche pour compléter son podium. Marqué (le mot est faible) par les attentats de novembre, il sait, de toute façon, où il veut aller, toujours. « Chacun d’entre nous porte en lui ces événements terribles et cela vraisemblablement encore pour un long moment. »
Les Allemands, qui avaient dû changer d’hôtel à Boulogne après une alerte à la bombe en début de journée, étaient sur la pelouse du Stade de France quand retentirent les explosions le 13 novembre 2015. Ils sont restés dans leur vestiaire jusqu’à 5h du matin, avant de regagner directement le tarmac, l’avion et l’Allemagne. « Ce fut un geste formidable de la part de l’équipe de France de rester avec nous, au stade, jusqu’au samedi matin. Je suis fier de tous ces joueurs, qui ont su garder leur calme. Malgré tout ce qui s’est passé, il y a eu une grande unité. »
Et maintenant ? « Nous devrons nous préparer un peu et nous ajuster car nous jouerons à deux reprises à Paris lors de la phase de groupes. Nous ne devrons pas apporter avec nous les mauvais souvenirs. » Pour continuer à regarder devant, Löw poursuit ses essais. Laissant volontairement le 4-2-3-1 de côté pour tester d’autres systèmes tactiques ou utilisant certains joueurs à plusieurs postes, comme il avait pu le faire avec Lahm au Brésil, notamment.
Mais si son onze peut encore contenir quelques incertitudes, il est clair que la Mannschaft s’élancera dans l’Euro en 4-2-3-1, le système qu’elle maîtrise le mieux, avec un Thomas Müller légèrement excentré qui fait partie du « 3 » et peut-être Mario Gomez, de retour en grâce cette saison, en pointe. La charnière centrale devrait s’articuler autour de Jérôme Boateng, qui a beaucoup manqué quand il était blessé, et Mats Hummels, bourreau des Bleus au Brésil. Mais bon, ça ne sert plus à grand-chose de les disséquer, de les analyser ou encore de dresser le portrait de leur coach…
On parle des Allemands, donc on parle sinon d’un favori (ils s’en moquent), au moins de l’un des plus sérieux prétendants à la victoire finale. L’Ukraine, la Pologne et l’Irlande du Nord sont prévenues : elles vont se battre pour la 2e place du groupe C. Pour les dix ans de Löw à leur tête, ses joueurs ont déjà une idée du cadeau.

Classement FIFA : 5e

Bilan Euro (RFA et Allemagne) :
• 11 participations (1972, 76, 80, 84, 88, 92, 96, 2000, 2004, 2008, 2012)
• 43 matches, 23 v, 10 n, 10 d, 65 bp-45 bc
• Meilleure performance : Vainqueur en 1972, 80, 96
Meilleurs buteurs : G. Müller (4 buts en 1972), D. Müller (4 buts en 1976), Völler (4 buts ; 2 en 1984 et 2 en 1988), Klinsmann (4 buts ; 1 en 1992 et 3 en 1996), Podolski (4 buts ; 3 en 2008 et 1 en 2012)

La cote de Planète : 5

Comment ils jouent
Joachim Löw change les hommes, pas le système. Les Allemands maîtrisent si bien leur 4-2-3-1 qu’il aurait tort de s’en priver. Alors, bien sûr, Philipp Lahm, Per Mertesacker et Miroslav Klose ne sont plus là mais les Allemands restent sûrs de leur collectif, dans lequel Matthias Ginter et Jonas Hector se fondent quand même sacrément bien. Il faudra surveiller le retour de Bastian Schweinsteiger, qui commence à sentir le poids des ans et qui soigne son ligament médian depuis janvier, mais s’il est rétabli à temps, on peut miser sur la paire Schweini-Toni Kroos à la récup’. Il y a pire mais aussi une grosse incertitude au-dessus du cas Schweinsteiger. Sinon, il y a Sami Khedira… Et puis il y a Marco Reus aussi, qui n’était pas là au Brésil et qui propose une verticalité nouvelle aux côtés de Mesut Özil, le chef d’orchestre. Thomas Müller sera bien évidemment titulaire partout en attaque, puisqu’on ne sait pas où il joue exactement. Qui évoluera à ses côtés ? Le retour de Mario Gomez en mars a fait causer outre-Rhin. Le grand Mario n’a pas fait si vieux que ça, c’est vrai…

Le coach : Joachim Löw
Né le 3 février 1960 à Schönau im Schwarzwald
En poste depuis août 2006
129 matches, 86 v, 22 n, 21 d

La parole à… Mats Hummels
« J’ai joué deux grandes compétitions avec la Mannschaft et à chaque fois, j’ai été impressionné de voir à quelle vitesse le niveau de jeu augmentait au bout de quelques journées d’entraînement. Dans tous les domaines. Alors certes, il nous manque Jérôme Boateng et Benedikt Höwedes, qui étaient blessés en mars, Bastian aussi, mais un Euro ne se gagne pas au printemps. J’ai confiance, je sais que ce sera encore le cas cette année. Je ne me fais pas de souci pour la compétition. »
8 matches, 6 v, 2 d

Leurs éliminatoires
1er du groupe D
22 pts, 7 v, 1 n, 2 d, 24 bp-9 bc
07.09.2014 : Allemagne-Ecosse 2-1 (Müller 2)
11.10.2014 : Pologne-Allemagne 2-0
14.10.2014 : Allemagne-Eire 1-1 (Kroos)
14.11.2014 : Allemagne-Gibraltar 4-0 (Müller 2, Götze, Santos c.s.c.)
29.03.2015 : Géorgie-Allemagne 0-2 (Reus, Müller)
13.06.2015 : Gibraltar-Allemagne 0-7 (Schürrle 3, Bellarabi, Gündogan, Kruse 2)
04.09.2015 : Allemagne-Pologne 3-1 (Müller, Götze 2)
07.09.2015 : Ecosse-Allemagne 2-3 (Müller 2, Gündogan)
08.10.2015 : Eire-Allemagne 1-0
11.10.2015 : Allemagne-Géorgie 2-1 (Müller s.p., Kruse)

Populaires

To Top