Équipe de France

11 bonnes raisons de croire en ces Bleus (6)

Les Bleus s’avancent aujourd’hui avec quelques certitudes en plus. Du statut à la maturité nouvelle du groupe en passant par le jeu et l’esprit, on a répertorié onze motifs de croire en l’avenir immédiat de l’équipe de France. Avec, dans le viseur, comme objectif majeur, la campagne de Russie. Décryptage point par point.

→6
Un esprit de groupe qui n’a jamais paru aussi fort

Deux ans après la Coupe du monde au Brésil, l’Euro a confirmé l’idée d’un état d’esprit irréprochable chez les Bleus.

Didier Deschamps savait dès sa prise de fonctions en 2012 l’étendue des chantiers. Les Bleus revenaient d’un Euro au cours duquel les bonnes intentions s’étaient délitées au fur et à mesure des matches. Nous n’étions que deux ans après Knysna et les yeux qui se penchaient sur les joueurs du groupe France étaient encore, en majorité, des yeux noirs. Quatre ans plus tard, même dans le plus grand des rétroviseurs, on ne voit plus d’ombres sud-africaines. Deschamps a su, au fil des rassemblements, à longueur de causeries, insuffler les bonnes vibrations. Révolution dans la tête de ses joueurs. De tous ses joueurs.
Mais « DD » n’en est pas resté là. Il a, dès le départ, posé le cadre, il n’en sort jamais et on pourrait, pour résumer la chose, rappeler l’annonce de sa liste des 23 pour la Coupe du monde 2014. Sur le plateau du journal, à TF1, c’était la grand-messe du 20h mais a posteriori, quelque chose comme un acte fondateur du sélectionneur. Extraits : « Je sais que sélectionner, c’est éliminer. Je vais faire des gens heureux mais aussi des mécontents. J’assume mon rôle. Je suis convaincu que la meilleure solution est de donner une liste de 23 dès le départ, pour créer un véritable état d’esprit (ndlr : tiens, tiens). Concernant Samir Nasri, il l’a dit lui-même, il n’aime pas être remplaçant. Je peux vous le confirmer, ça se voit. Un sélectionneur pense à un collectif, à construire un groupe. On part sur une aventure qui va durer six semaines, j’espère plus. Vivre ensemble sur une aussi longue période demande des qualités humaines. Je sais que c’est long. »
Deux ans et demi plus tard, l’équipe de France renvoie l’image d’un groupe qui n’a jamais paru aussi soudé, à l’intérieur duquel les remplaçants se considèrent en concurrence, les titulaires sous pression. Un groupe où les statuts ont beau être établis, la vraie statue, c’est la troupe dans son ensemble. Et ce ne sont pas de vains mots. On revoit ici l’ouverture du score d’Olivier Giroud contre la Roumanie lors de l’entrée en lice à l’Euro. Un soir de très grosse tension, une délivrance que l’avant-centre des Gunners matérialise en se dirigeant droit vers le banc de touche pour tomber dans les bras de… André-Pierre Gignac, sa doublure. On repense au but de Griezmann contre l’Allemagne en demies, quand « Grizou » et « APG », chasuble du remplaçant sur l’épaule, à l’échauffement au poteau de corner, se collent front contre front dans une célébration de gamins qui en dit long. Giroud avait annoncé le matin du match : « L’enthousiasme fera la différence. » Les Bleus qualifiés pour la finale, Deschamps dira comme une évidence : « Les joueurs le doivent avant tout à leurs qualités et à leur état d’esprit. Ils ont fait ce qu’il fallait, même quand ce n’était pas simple, voire compliqué pour être là aujourd’hui. » Sur le chemin de 2018, c’est un groupe France sûr de sa force qui s’avance vers la Russie. Et sa force, c’est son esprit de groupe.

L’œil de Grégoire Margotton

« C’est un tout, pendant les matches et autour des matches. On le voit dans les photos, dans leurs messages sur les réseaux sociaux. Bien sûr, ce sont des pros, ils ne vont pas toujours manger ensemble. Mais ce n’est pas feint, il s’agit de quelque chose d’authentique. Après le match aux Pays-Bas, sur le parking de l’Arena d’Amsterdam, au moment de la dislocation du groupe, j’ai vu Gignac parler à Nabil Fekir comme si c’était son petit frère, j’ai entendu des mots forts, j’ai vu des mecs qui s’apprécient vraiment. Dans les comportements, les embrassades, les paroles, certaines choses ne trompent pas. On a le sentiment qu’ils ont pris conscience qu’ils deviennent une équipe de qualité. Que ça aboutit. »

Populaires

To Top