Étranger

100% attaquants : Les 15 plus fines gâchettes (1)

Ils sont gauchers, droitiers ou gauchers des deux pieds. Parfois, on s’y perd : c’est avec leur « mauvais » pied qu’ils ont marqué leur dernier but et on n’y a vu que du feu. Parce que ça décoche trop vite, ça frappe trop fort. Parce que le but, c’est leur vie. Bienvenue dans le grand monde. De Cristiano Ronaldo, qui trône tout seul, pour le moment, au-delà des 100 buts marqués en Ligue des champions à Kylian Mbappé, le petit dernier qui défouraille plus vite que son ombre, voici les quinze plus fines gâchettes de l’année. Il y en a pour tous les goûts et toutes les langues. Normal, ça parle football. Régalez-vous !

Lionel Messi : En deçà, la Pulga ?

L’Argentin papillonnerait moins… Pourtant, les chiffres sont là : il marque toujours beaucoup, voire beaucoup plus que les autres.

Pas facile de le voir sourire depuis quelques semaines. Même au coeur d’un soir hors d’âge, le temps d’une « Remontada » que personne n’avait envisagée jusqu’à la 88e minute contre le Paris SG (parce que, oui, à deux minutes du terme, il fallait que le Barça en claque encore trois…), ce n’est pas vers lui que tout le monde s’est tourné mais vers Neymar, héros parmi les héros du soir. Du côté de chez Leo, pas de slalom spécial au cœur des défenses, de quintuplés à la face de l’Europe ou de triplés qui s’enchaînent.
Le Barça miraculé, en huitièmes de finale de la Ligue des champions face à Paris, puis de nouveau corrigé sur la pelouse de la Juve, où il n’a pas, non plus, sorti son costume de Zorro, s’en remet beaucoup moins à ses coups de patte, ses coups de génie. Un Barça qui traîne comme des boulets ses boulettes en Liga, la dernière s’étant dessinée à Malaga, avec Michel sur le banc d’en face. Oui, Michel, celui qui entraînait l’OM… Là encore, pas de « Revoltada ». Et l’impression de voir Lionel Messi errer entre les lignes de passe, loin des combinaisons de folie à deux ou à trois, avec Neymar et Luis Suarez. Un anonyme…
« La Pulga » serait redevenue un joueur normal ? S’interroger sur l’idée d’une fin de cycle en Catalogne est légitime. Voir une équipe moins en jambes, moins dominatrice et surtout moins fulgurante dans les trente derniers mètres. On peut aussi souligner que l’Argentin, qui a passé la trentaine, a quelque peu modifié son jeu. Un peu plus loin des lignes de touche, un peu plus proche de Suarez et de la surface. Il n’était pas celui qui courait le plus quand il n’avait pas le ballon. Il n’est plus celui qui court le plus balle au pied. C’est vrai. Mais…
Puisque nous parlons de Messi, intéressons-nous donc aux chiffres. L’Argentin est en tête du classement des buteurs en Liga. Il en était à 27 pions (et 10 passes décisives) après 27 journées. Donc, 43 buts en 43 matches depuis le début de la saison, toutes compétitions confondues. Un ratio d’un but claqué toutes les 85 minutes passées sur le terrain. Eh oui, sourire aux lèvres ou renfermé dans sa grosse barbichette, le ratio est toujours supérieur au sempiternel but marqué par match. Ça ne classe pas un joueur, ce n’est pas le débat puisqu’il est inclassable, mais c’est une façon comme une autre de remettre les choses en perspective.

Tendance mercato

  • Au FC Barcelone depuis : juillet 2004
  • Contrat jusqu’en : juin 2018
  • Valeur Transfermarkt.com : 120 M€
  • Le feuilleton de sa prolongation de contrat, qui s’éternise, renforce les spéculations sur un éventuel départ du Barça. Mais si la tendance suit la logique, il devrait finir par poser sa griffe en bas d’un nouveau contrat.

Un dossier de Planète Foot 253 – Mai, juin 2017

Populaires

Presse magazines

Société d’Édition de Sites Internet Musicaux et Sportifs

Vélo Tout Terrain Planète Cyclisme City Ride Ride it

© 2017-2018 Editions Blue Print / SESIMS

To Top