Équipe de France

Portugal : A la croisée des chemins

Des têtes nouvelles, une défense à parfaire et une ultra-dépendance à gommer. Les chantiers sont là mais « CR7 » aussi, alors…

Fernando Santos n’a pas perdu son temps. Appelé en septembre 2014 en urgence, après une défaite peu glorieuse contre l’Albanie à domicile, l’ancien sélectionneur de la Grèce – et toujours fumeur invétéré – a remis de l’ordre dans la maison Portugal. L’Albanie sera la seule défaite de la campagne de qualification. Bon, il faut évidemment considérer tout cela avec la participation de la France pour du beurre dans ce groupe. Organisatrice de l’Euro, elle jouait des matches sans enjeu. Et les Bleus ont maté deux fois les Portugais lors de leurs deux dernières confrontations.
Le constat est toujours à peu près le même avec eux. Trop dépendants de Cristiano Ronaldo, c’est une évidence, ils forment aussi l’équipe dans laquelle évolue « CR7 », ce qui ne peut pas constituer un frein pour de grandes ambitions. Le crack du Real Madrid, déjà meilleur buteur de l’histoire de la Selecçao, s’apprête à dépasser Luis Figo au classement des joueurs les plus capés. Il porte le brassard, il fait à peu près tout offensivement et il a de quoi se sentir un peu moins seul, depuis quelques matches, avec l’éclosion de Bernardo Silva au niveau international. On n’oublie pas la vista éternelle de Joao Moutinho et, pourquoi pas, le franchissement de palier d’Eder, qui commence à claquer des buts avec le LOSC. La Selecçao remise sur pied par la Ligue 1 ? Il fallait y penser mais c’est une réalité prise en compte avec beaucoup de sérieux par le toujours très pragmatique Fernando Santos.
La confiance semble revenue dans les rangs, comme en atteste la victoire de prestige contre la Belgique en mars. Le contexte très particulier (quelques jours après les attentats de Bruxelles) doit remettre le résultat en perspective mais Santos a réussi à enchaîner les victoires tout en glissant quelques nouvelles têtes dans le groupe. On pense à Bernardo Silva, bien sûr, mais aussi à José Fonte et Cédric Soares, deux défenseurs qui ont pris leurs marques et qui font partie intégrante du groupe maintenant. On pense encore à André Gomes et on n’oublie évidemment pas Renato Sanches, la petite perle de Benfica, qui affole plus pour le moment le marché des transferts que les pelouses mais que l’on va suivre attentivement. Aux dernières nouvelles, Santos partirait à l’Euro avec la pépite dans les 23.
Avec un premier tour dont ils n’ont vraiment pas le droit de se plaindre (dans l’ordre, l’Islande, l’Autriche et la Hongrie), les Portugais ont le temps de voir venir et de parfaire les réglages que Santos l’ingénieur doit encore améliorer. « Tout n’a pas été très limpide lors de nos derniers matches. Hormis contre les Belges, avec ce contexte particulier et dont nous n’avons pas vraiment d’enseignements à tirer. C’était un match à jouer pour le symbole, pour montrer que le football n’a pas peur. Je veux retenir nos erreurs défensives contre la Bulgarie, les utiliser comme base de travail prioritaire lors de notre préparation. » C’est vrai que pour le côté offensif, avec un « CR7 » dans le moteur, pas besoin de planifier grand-chose…

Classement FIFA : 8e

Bilan Euro
• 6 participations (1984, 96, 2000, 2004, 2008 et 2012)
• 28 matches, 15 v, 4 n, 9 d, 40 bp-26 bc
• Meilleure performance : Finaliste en 2004
• Meilleurs buteurs : Nuno Gomes (6 buts ; 4 en 2000, 1 en 2004 et 1 en 2008), Cristiano Ronaldo (6 buts ; 2 en 2004, 1 en 2008 et 3 en 2012)

Comment ils jouent
Devant Rui Patricio, c’est une charnière centrale de vétérans qui reprend forme avec Ricardo Carvalho et Pepe. Les deux gus ont enterré la hâche de guerre après s’être soigneusement évités quelque temps. Derrière eux, Fonte et Cédric pointent le bout du nez. On suivra Raphaël Guerreiro, qui peut être un titulaire au poste d’arrière gauche. Danilo Pereira devrait jouer au milieu, sans doute au côté de William Carvalho (Tiago se remet d’une fracture du tibia). José Moutinho est toujours là, fidèle au poste, et le Portugal est toujours aussi dépendant de son « CR7 ». Eder va-t-il enfin exister en sélection, dans la foulée de sa bonne période lilloise ? Ça pourrait changer la donne.

Le coach : Fernando Santos
Né le 10.10.1954 à Lisbonne
En poste depuis septembre 2013
16 matches, 11 v, 5 d

La parole à… Pepe
« A chaque compétition, l’ambition est la même pour le Portugal : nous voulons gagner. C’est une question de fierté et d’honneur, pour nous qui portons le maillot mais aussi pour les grands anciens, ceux qui l’ont porté avant nous et qui ont écrit l’histoire de cette équipe. La pression est là, forte, mais c’est normal. Elle est aussi forte que les objectifs sont hauts. »
8 matches, 6 v, 2 d

Leurs éliminatoires
1er du groupe I
21 pts, 7 v, 1 d, 11 bp-5 bc
07.09.2014 : Portugal-Albanie 0-1
14.10.2014 : Danemark-Portugal 0-1 (Cristiano Ronaldo)
14.11.2014 : Portugal-Arménie 1-0 (Cristiano Ronaldo)
29.03.2015 : Portugal-Serbie 2-1 (Ricardo Carvalho, Coentrao)
13.06.2015 : Arménie-Portugal 2-3 (Cristiano Ronaldo 3, dont 1 s.p.)
07.09.2015 : Albanie-Portugal 0-1 (Miguel Veloso)
08.10.2015 : Portugal-Danemark 1-0 (Joao Moutinho)
11.10.2015 : Serbie-Portugal 1-2 (Nani, Joao Moutinho)

La cote de « Planète » : 4

Les marques de presse dédiées au sports collectifs : Planète Foot, Mondial basket, Univers du Rugby.

© 2015 Editions Le Nouveau Sportif / Blue Ride

To Top