Coupe du Monde

Owen Farrell, tel père, tel fils

Owen Farrell a fait forte impression pour ses premières apparitions avec le XV de la Rose. A 20 ans, le demi d’ouverture des Saracens affiche une étonnante maturité. Owen n’a pas déçu son papa Andy, entraîneur adjoint de la sélection anglaise.

Le jeune Owen Farrell porte enfin le maillot du XV de la Rose après ses débuts prometteurs sous celui des Saracens. Dans la finale du championnat d’Angleterre 2011, le demi d’ouverture natif de Wigan avait permis à son club de remporter le titre en inscrivant 17 points (5 pénalités et une transformation à 100% de réussite) face au Leicester de Toby Flood (18-22). Il n’avait pas été retenu dans la liste de Martin Johnson pour la Coupe du monde en Nouvelle-Zélande. Après le fiasco du XV de la Reine aux antipodes, tout a changé. Les cartes ont été redistribuées, chez les joueurs comme chez les entraîneurs. Le coach intérimaire, Stuart Lancaster, a décidé de retenir Owen Farrell (20 ans) pour le Tournoi des VI Nations 2012. Andy, le papa, s’était fait connaître dans le rugby à XIII à Wigan. En 2005, il s’était reconverti dans la version la plus courante de ce sport. Pour le Tournoi 2012, il chapeautait le fiston au plus haut niveau en tant qu’entraîneur adjoint de la sélection anglaise.
Lorsqu’on se penche sur la relation des Farrell, on se rend compte que leurs destins sont étroitement liés. Seize ans seulement séparent le père du fils. Ils ont porté ensemble le maillot des Saracens de 2008 à 2009 et Andy a également connu les honneurs du XV de la Rose. Il était très ému lorsqu’Owen a fêté sa première sélection à Murrayfield contre l’Ecosse (13-6). « Au coup de sifflet final, je me suis senti fier comme jamais je ne l’ai été dans toute ma carrière de rugbyman », raconte le papa. La situation peut faire jaser mais Andy défend le professionnalisme du fiston. Aucun traitement de faveur ne lui est accordé. Sa place en sélection, Owen ne la doit à personne d’autre que lui-même. « Et puis je ne m’occupe pas uniquement d’Owen, insistait Daddy. J’ai un nœud à l’estomac pour tous les joueurs. En tant qu’entraîneur adjoint de l’équipe, j’avais en charge tous ces gars. Quand on rentre à la maison, là, oui, on a à nouveau une relation père-fils. Lui et moi connaissons la ligne de démarcation entre famille et boulot. »

A 17 ans et 11 jours, il devient le joueur le plus jeune de l’histoire de la Coupe d’Angleterre
Comme Andy, Owen a connu une carrière en accéléré. Il commence le rugby à 8 ans. Il étudie le commerce à l’université et penche, comme tout le monde chez les Farrell, pour le ballon ovale. A 17 ans et 11 jours (le record appartient désormais à George Ford), il devient le joueur le plus jeune de l’histoire de la Coupe d’Angleterre de rugby. Trois-quarts centre de formation, il peut évoluer, comme papa, en demi d’ouverture. Sa gestion du jeu et ses coups de pied sont très vite appréciés chez les Saracens.
Intégré dans l’effectif du XV de la Rose, il avait la lourde responsabilité de succéder à Jonny Wilkinson après la retraite internationale du buteur emblématique. Lors du Tournoi des VI Nations, Farrell a fait preuve d’une belle adresse. Ce fut le cas dans la victoire 19-15 face à l’Italie avec un match parfait (4 pénalités et 1 transformation) malgré la neige. Pour expliquer sa réussite, Owen rappelle qu’il était en France en 2007 quand son père disputa la Coupe du monde. « J’ai pu regarder Jonny Wilkinson faire des séances de coups de pied. J’ai beaucoup appris de lui. »
Mais si Farrell évolue au poste de demi d’ouverture, c’est aussi parce que Stuart Lancaster a dû remédier aux carences du moment. « Owen a un avenir en 10 et en 12. Il semblait à l’aise en 10 et nous avions besoin de développer plusieurs 10. Nous ne pouvions pas nous reposer uniquement sur Charlie Hodgson et Toby Flood. » L’intéressé est simplement heureux de jouer. Il rendra service partout où on le lui demandera. Son entraîneur reste vigilant : pas question d’entraver la progression de Farrell en lui en demandant trop. Mais Stuart Lancaster souligne qu’il possède de très bons fondamentaux. Pour autant, les comparaisons avec la légende anglaise n’ont pas lieu d’être à ses yeux. « Je ne voudrais pas comparer n’importe qui à Jonny Wilkinson. Owen Farrell est Owen Farrell. »
Certainement la meilleure façon de lui éviter de se brûler les ailes.

Pierre MARSAL / UNIVERS DU RUGBY

Owen Farrell en short
– Age : 20 ans
– Né le 24 septembre 1991 à Wigan (ANG)
– Taille : 1,88 m
– Poids : 96 kg
– Poste : Demi d’ouverture-Centre
– Equipe : Saracens
– Palmarès : Champion d’Angleterre (2011)
– Sélections : 6
– Tournoi des VI Nations 2012 : 17 pénalités, 6 transformations, 63 points

Populaires

Les marques de presse dédiées au sports collectifs : Planète Foot, Mondial basket, Univers du Rugby, Planète Cyclisme.

© 2017 Editions Le Nouveau Sportif / SESIMS

To Top