Étranger

Luis Suarez, pourquoi on l’appelle « El Pistolero »

Le buteur uruguayen Luis Suarez n’a pas que les dents de longues. Son sens du but et sa qualité de frappe de balle en font aussi, au-delà de son côté « bad boy » qui lui colle aux mâchoires, l’un des meilleurs buteurs de la planète. Portrait-robot en quelques chiffres.

■ L’exil à 19 ans pour 800 000 euros
Dès 2005, on commence à entendre parler de Luis Suarez en Europe. Il remporte le championnat d’Uruguay avec le Nacional Montevideo, où il a marqué 10 buts en 27 rencontres. C’est le FC Groningue qui va rafler la mise, presque par hasard. Les scouts néerlandais étaient là pour un autre mais ils ne voient que lui. En un seul match, Luis fait l’unanimité. Il part pour Groningue à 19 ans seulement et pour la somme, somme toute modique, de 800 000 euros.

■ Cartons rouges et ultra-bright
Son coup de dents dans l’épaule de Giorgio Chiellini, lors de la dernière Coupe du monde, a enrichi son livre d’or personnel. Dans le désordre, Suarez avait mordu le bras d’Otman Bakkal en 2010 lorsqu’il jouait à l’Ajax, ce qui lui avait valu pas mal de matches de suspension et un surnom : « le cannibale de l’Ajax ». Il a croqué l’avant-bras de Branislav Ivanovic lors d’un Liverpool-Chelsea très mordant. Dix matches de suspension qui venaient s’ajouter aux neuf déjà purgés en raison d’insultes racistes proférées à l’encontre de Patrice Evra. Une liste longue comme un avant-bras pour un buteur carnassier. Sans oublier son expulsion en quarts de finale de la Coupe du monde 2010 quand il sauva, sur sa ligne de but et d’une main bien ferme, un but tout fait des Ghanéens. Carton rouge et penalty… manqué par Asamoah Gyan. L’Uruguay verra les demi-finales. Pas Luis, suspendu évidemment.

■ 44 buts en 82 sélections avec l’Uruguay
S’il a tendance à (trop) montrer les crocs, l’attaquant du Barça sait aussi mettre les stats au diapason. Il avait connu sa première sélection à Cucuta le 7 février 2007 (victoire 3-1 en Colombie) et s’affiche à plus de 0,5 but par match avec l’Uruguay (44 pions en 82 sélections), qu’il a menée au sacre en Copa America, en 2011.

■ 82 buts en 133 matches avec les Reds
« Il a montré que c’était un joueur de classe mondiale. Je ne l’échangerais contre aucun autre joueur au monde. » Steven Gerrard, le capitaine emblématique des Reds, a joint les actes à ses paroles : dans son autobiographie, Luis a révélé que le numéro 7 des Reds l’avait convaincu de ne pas signer à Arsenal ! Il ne l’a pas regretté. Avec 82 buts en 133 rencontres sur les bords de la Mersey, Suarez a confirmé qu’il était un buteur hors normes.

■ 111 buts en 158 matches à l’Ajax
En trois saisons et demie, Luis a fait de l’Arena d’Amsterdam son jardin. Il a marqué 91 buts en 139 rencontres de championnat et 111 buts en 158 matches toutes compétitions confondues. Il termina même capitaine avant son départ pour Liverpool. Le maillot blanc et rouge collé au cœur, ad vitam, comme il l’a dit en novembre dernier, au moment de retrouver son jardin mais sous le maillot du Barça. « Venir ici fut l’étape la plus importante de ma carrière. Cela m’a appris à grandir. J’ai appris beaucoup de choses d’un point de vue footballistique. J’ai aussi disputé ma première Ligue des champions avec l’Ajax. Je me souviens qu’à ce moment, mon rêve était de jouer pour le Barça. »

■ Meilleur buteur des Pays-Bas, d’Angleterre et d’Europe
Meilleur buteur d’Eredivisie (le championnat des Pays-Bas) avec l’Ajax en 2010 (35 buts marqués en 33 matches !). Meilleur buteur de la Premier League avec Liverpool en 2014 (la barre des 30 encore franchie : 31 pions en 33 matches). Soulier d’or européen cette même année, il partage le titre avec Cristiano Ronaldo. C’est la deuxième fois seulement que deux joueurs terminent à égalité à la 1ère place : Thierry Henry (Arsenal) et Diego Forlan (Villarreal) avaient fini ex aequo en 2004-05.

Populaires

Les marques de presse dédiées au sports collectifs : Planète Foot, Mondial basket, Univers du Rugby, Planète Cyclisme.

© 2017 Editions Le Nouveau Sportif / SESIMS

To Top