Équipe de France

Hall of Fame : L’Euroscope final

Sur la piste aux étoiles, certains ont brillé plus que d’autres. Voici notre sélection du meilleur parmi les meilleurs. A déguster !

L’image
Image en trois séquences. Avant le coup d’envoi de la demi-finale Portugal-Pays de Galles, les joueurs de Fernando Santos prennent la pose pour la traditionnelle photo d’équipe. C’est le moment où un volontaire en profite pour s’incruster dans le cliché. Ronaldo, hilare, ne peut qu’accepter de prendre un « selfie » avec l’intrus.

Le meilleur jeune : Julian Draxler
Comme nous nous sommes déjà attardés sur la classe précoce du tout jeune champion d’Europe Renato Sanches, « Planète Foot » dresse pour vous le portrait d’un autre jeune prodige : Julian Draxler. Les mots élogieux ne manquaient pas pour décrire sa symphonie contre la Slovaquie en huitièmes de finale. Justifiant la confiance placée en lui par Joachim Löw, il a éclaboussé le match de son talent. Une performance de haute volée qu’il achève avec huit dribbles tentés et réussis, une passe décisive délivrée d’un délicieux extérieur du pied à Mario Gomez et, en point d’orgue, le troisième but de la Mannschaft, inscrit d’une volée à bout portant pleine de souplesse. Après avoir relevé le lourd défi de faire oublier Kevin de Bruyne avec le Vfl Wolfsburg, il a récidivé avec l’Allemagne, suppléant à merveille le pauvre Marco Reus, éloigné des pelouses françaises par une blessure aux adducteurs. Tout au long de la compétition, le jeune champion du monde a impressionné par ses dribbles, son aisance technique digne des meilleurs et son sens du jeu. Même si le sien est toujours perturbé par le déchet qu’impliquent ses multiples prises de risques, il incarne l’avenir de la sélection allemande. Et ce ne sont pas Peter Pekarik et Jan Durica, effacés d’une double roulette, qui diront le contraire. Mario Gomez décrit son partenaire comme « un grand joueur de football » qui a « deux pieds magiques » et on ne peut qu’abonder dans son sens.

Les meilleurs buteurs
6 buts : Antoine Griezmann (France).
3 buts : Cristiano Ronaldo (Portugal), Olivier Giroud (France), Dimitri Payet (France), Gareth Bale (Pays de Galles), Nani (Portugal), Alvaro Morata (Espagne).
2 buts : Radja Nainggolan (Belgique), Ivan Perisic (Croatie), Jakub Blaszczykowski, (Pologne), Bogdan Stancu (Roumanie), Hal Robson-Kanu (Pays de Galles), Mario Gomez (Allemagne), Balazs Dzsudzsak (Hongrie), Robbie Brady (République d’Irlande), Graziano Pellè (Italie), Romelu Lukaku (Belgique), Kolbeinn Sigthorsson (Islande), Birkir Bjarnason (Islande).

La phrase
« Je félicite la France qui a été un super hôte. L’équipe de France et les habitants le méritent bien après les débats et les précautions de sécurité qui ont été prises à travers le pays depuis novembre 2015. Adieu et merci la France. »
Bon perdant et sans rancune, Mesut Özil a tenu à rendre hommage à la France pour son hospitalité. Fair-play.

Le tireur d’élite : Radja Nainggolan
Le Belge, auteur de 2 buts, n’a pas fait dans la demi-mesure. Par deux fois, il a mystifié d’une frappe lointaine et millimétrée le gardien adverse. Contre la Suède, le joueur de la Roma a superbement croisé sa frappe de l’extérieur de la surface de réparation. Face au Pays de Galles, c’est des 35 mètres qu’il a nettoyé la lucarne de Wayne Hennessey. Imparable.

Le plus bel arrêt : Hugo Lloris
France-Allemagne. 86e minute. Le match semble plié mais Hugo Lloris se détend de tout son long pour enterrer définitivement les espoirs allemands. Il détourne le coup de tête de Joshua Kimmich et garde sa cage inviolée. Enorme.

Les meilleurs passeurs
4 passes : Aaron Ramsey (Pays de Galles), Eden Hazard (Belgique).
3 passes : Cristiano Ronaldo (Portugal).
2 passes : Dimitri Payet (France), Olivier Giroud (France), Antoine Griezmann (France).

Le meilleur coach : Chris Coleman
C’est le sélectionneur qui a emmené l’invité surprise, le Pays de Galles (photo), jusqu’en demi-finales. Pour leur premier Euro, les Dragons ont battu les favoris belges. Un résultat auquel n’est pas étranger leur coach, Chris Coleman. Propulsé de façon soudaine du statut d’adjoint à celui de sélectionneur, suite à la brutale disparition de Gary Speed en 2012, il a eu le mérite de donner envie à tous les Gallois de porter au plus haut le maillot national. Plus ou moins boudé par les légendaires Ryan Giggs et Ian Rush, Coleman s’est servi des joueurs cadres – Gareth Bale et Aaron Ramsey – pour faire émerger un collectif. Au sortir de cet Euro, Joe Allen, Hal Robson-Kanu, Joe Ledley et Ashley Williams ont montré qu’ils n’avaient rien à envier aux autres équipes et qu’ils pouvaient rivaliser à armes égales avec les plus grands. Un groupe est né et il faudra compter sur lui lors des qualifications pour la Coupe du monde 2018.

La plus belle passe : Leonardo Bonucci
La verticale de 40 mètres du relanceur italien survolant la défense belge, lors du premier match du 1er tour de la Squadra Azzurra, pour trouver son compatriote Emanuele Giaccherini appartient au rang des éclairs de génie. Sensationnelle !

Le plus rapide : Kingsley Coman
L’ailier français a été flashé à 32,8 km/h lors de cet Euro. Des foulées supersoniques et dévastatrices qui font de lui le joueur le plus rapide de cette édition 2016. C’était Coman la foudre.

Le chiffre : 320 000 €
Il fallait débourser 320 000 € pour un obtenir un spot publicitaire d’une durée 30 secondes sur M6 lors de la prolongation de la finale Portugal-France. Par ici les sous pour la petite chaîne qui monte.

Arthur ROBERT et Alexandre REYNAUD / PLANETE FOOT

Populaires

Les marques de presse dédiées au sports collectifs : Planète Foot, Mondial basket, Univers du Rugby, Planète Cyclisme.

© 2017 Editions Le Nouveau Sportif / SESIMS

To Top