Étranger

Eden Hazard, un goût de paradis

A Lille, il y a Moussa Sow, l’incontestable buteur, et il y a Eden Hazard. Le meilleur joueur du championnat 2010-11 est Belge et il n’a que 20 ans. Retour sur une ascension fulgurante.

Quatre enfants, dont deux footballeurs pros. Normal, avec de tels parents. Thierry, le papa, était déjà professionnel (à La Louvière, en Belgique). Carine, la maman ? Tout pareil ! « Cela faisait bizarre de dire ça… Il fait quoi ton père ? « Il est dans le foot ». Et ta mère ? « Aussi »… »
On n’échappe pas toujours à son destin. Et Eden Hazard ne pouvait pas échapper au sien. Dès son plus jeune âge, il part, un ballon sous le bras, sur le terrain de Braine-le-Comte. C’est là, au Royal Stade Brainois, qu’il signe sa première licence. Le LOSC repère le môme alors qu’il a 9 ans.
« On avait perdu contre une équipe féminine 5-0. Elles étaient plus âgées que nous. C’était des moins de 17 ans, je crois. Je ne sais pas du tout comment les recruteurs lillois ont pu me remarquer au cours de ce match… »
Anderlecht aussi a un œil sur le loustic. Carine, la maman, raconte. « Anderlecht, c’était quand même l’un des meilleurs clubs du championnat belge. Qu’ils s’intéressent à Eden représentait beaucoup. Lille ou Bruxelles, on s’est posé la question… »
Puis ils ont trouvé la réponse. Thierry, le papa : « L’emmener tous les jours à l’entraînement, enchaîner les allers-retours au détriment de l’école… On a estimé que c’était trop. Trop tôt. »
Cap au Sud. Direction Lille. « Tout, dans la proposition du LOSC, nous a séduits, explique Thierry. Aussi bien au niveau du centre de formation que du projet éducatif. Les structures étaient un cran au-dessus de ce que l’on pouvait trouver en Belgique. »
Le Domaine de Luchin ne le sait pas encore, il s’apprête à accueillir une pépite. « Dès que je suis arrivé, assure l’intéressé, j’ai été persuadé que j’allais réussir. Sans me vanter, je savais que j’étais un bon joueur. » Le pater était du même avis. « Avec un ballon, tout a toujours été très facile pour lui. »

« A quoi ça sert, l’entraînement ? »
Vantard, Eden, ou petit génie ? Jean-Michel Vandamme, son directeur au centre de formation, dépoussière le classeur. « Des joueurs doués, très doués même, j’en ai vus. Mais j’ai rarement – et peut-être jamais – rencontré chez un jeune une telle volonté à réussir au plus haut niveau. Dans l’exigence, dans la confiance en soi… Jamais ! »
Mickaël Landreau, souvent plus proche des vieux sages que des jeunes insolents, se lâche aussi. « Il a une énorme qualité qui peut être aussi un défaut : c’est un surdoué. En foot comme à l’école, ça peut devenir dangereux parce que le surdoué peut entrer dans la suffisance. A l’entraînement par exemple. »
Le staff des Dogues n’a pourtant pas le choix. Comme l’explique Vandamme : « Il faisait des choses pas normales pour son âge, il était au-dessus, en tout. C’était un risque mais c’était évident pour nous : il fallait qu’il intègre les pros. »
Le 25 novembre 2007, Eden effectue ses premiers pas en Ligue 1 à Nancy. Il a 16 ans, 10 mois et 18 jours. Il marque son premier but le 20 septembre 2008 contre l’AJ Auxerre et devient, après Kevin Mirallas, le plus jeune buteur de l’histoire du LOSC. Un phénomène de précocité est né. Pas un monstre de travail. « A quoi ça sert, l’entraînement ? Moi, ce qui me plaît, ce sont les stades pleins, les gros duels. » C’est beau d’avoir 20 ans…
« On me répète souvent : « Toi, tu n’as jamais connu l’échec ». C’est vrai. Pour le moment, je me contente de ce que je sais faire. Le jour où je prendrai un gros coup derrière la tête, peut-être que je réagirai différemment. »
Et quand Zinédine Zidane l’a interpelé en pleine remise des Oscars du foot ? « Houla… Quand j’ai entendu ses compliments, j’ai eu des frissons… » Z ? Toujours aussi fan. « Quand vous jouez à 20 ans comme un mec de 25, 26 ans, c’est fort. »

« Quand il est récompensé, il ne touche plus terre… »
Deux fois Oscar du meilleur espoir (2009 et 2010), meilleur joueur de Ligue 1 l’an passé, Hazard donne l’impression de progresser saison après saison. Il collectionne les prix et ne manque pas, d’ailleurs, de le rappeler à ses partenaires, comme le racontait Rio Mavuba. « Souvent, quand il revient avec une distinction, il ne touche plus terre pendant quelques jours… Il faut vite le remettre à sa place. »
Mickaël Landreau, membre permanent du conseil des sages, précise : « Il aime le jeu, le spectacle, les grands joueurs. C’est un adepte de la nouveauté. Son truc, c’est de créer. Il est sans cesse dans la recherche d’innovations avec le ballon. Là, depuis trois saisons, il enchaîne des matches de haut niveau. Oui, on peut dire qu’il a des références. »
Au point, évidemment, de poser la question : Eden peut-il rester à Lille ? Poser la question donne une idée de la réponse. Il s’est tâté l’été dernier. Il a songé à partir, comme Gervinho (Arsenal), Adil Rami (Valence) et Yohan Cabaye (Newcastle). L’aventure Paris SG le tentait. Le LOSC n’était pas assez fou pour « se tirer une balle dans le pied » (Rudi Garcia). Arsenal aussi – évidemment – avait coché son nom. La Ligue 1 en général et le LOSC en particulier ont besoin d’Eden. Mais le cadre nordiste, à plus ou moins long terme, va devenir trop étroit. Reluqué par Zinédine Zidane et donc par le Real Madrid, Hazard s’en ira forcément lui aussi un jour. En mars dernier, le LOSC a officialisé la prolongation de son contrat jusqu’en 2015, ce qui ne veut pas forcément dire qu’il sera toujours un Dogue au-delà de 2012.
« On n’est jamais sûr de rien dans le foot d’aujourd’hui, expliquait-il au printemps dernier. On verra bien. Si je quitte Lille, c’est pour l’étranger, confiait-il en cours de saison dernière. Je ne me vois pas trop dans un autre club français. Entre Lille et Lyon par exemple, je ne vois pas trop de différences. Il y a le palmarès peut-être mais au niveau du jeu, j’estime que nous sommes au-dessus. »
Les autres y pensent pour lui. Rio Mavuba, pas capitaine pour rien, avait une petite idée. « Je l’imaginerais bien à Arsenal. Dans le style de jeu, ça colle bien. » Même chose pour Mickaël Landreau. « J’aimerais le voir dans un grand club, avec cette dose de travail à donner en plus à chaque entraînement et uniquement des grands joueurs autour de lui. »
Rudi Garcia concluait : « S’il part, Eden n’ira pas dans un autre club français mais dans un gros championnat étranger. L’Angleterre, l’Espagne ? Pour moi, il est un titulaire indiscutable dans n’importe quel grand club européen. »

Focus : Marseille-Lille, 26e journée de L1, 6 mars 2011
« Ce but, c’est le parfait exemple de son jeu. Peu de joueurs vont se dire à ce moment-là : « Je l’emmène et j’enchaîne avec la frappe ». Il est à quoi, 35 m ? Et il frappe du gauche, en plus, qui n’est pas son pied fort. Y penser dans la seconde, c’est ça le talent. »
Zinédine Zidane

Populaires

Presse magazines

Société d’Édition de Sites Internet Musicaux et Sportifs

Vélo Tout Terrain Planète Cyclisme City Ride Ride it

© 2017 Editions Le Nouveau Sportif / SESIMS

To Top