Équipe de France

Croatie : La dynamique Cacic

A la peine la saison dernière, les Croates font de nouveau briller le damier depuis la prise de fonctions d’Ante Cacic, l’inconnu devenu essentiel.

Label technique. Ça leur va bien. Voilà les Croates de retour en France pour une phase finale. Même si c’est un Euro, les plus de 20 ans se souviennent forcément de 1998, le but de Davor Suker, le Stade de France dans le silence et Lilian Thuram qui ne sait toujours pas comment mais qui décide d’aller planter un doublé. Le seul de sa carrière professionnelle. Davor Suker est en costume aujourd’hui. Président de la Fédération. Signe que le temps passe mais pas le reste, quand on voit les talents qui composent la sélection au damier.
Les Kockasti (les Damiers justement, leur surnom) n’ont plus de Davor Suker, d’Aljosa Asanovic, de Zvonimir Boban ? Ne vous en faites surtout pas pour eux. La clique évolue toujours en 2016 dans les plus grands clubs européens. Luka Modric, surnommé le Johan Cruyff croate (un autre surnom mais qui prend une autre dimension depuis quelques semaines et la disparition de Maître Johan) reste sans aucun doute la star de l’équipe mais il n’est pas vraiment tout seul. Déjà, à ses côtés, Ivan Rakitic fait lui aussi partie du gratin, de ce qui se fait de mieux sur la place. Ce n’est pas l’adaptation délicate d’Arda Turan, pourtant un autre sacré client, au Barça qui viendra nous contredire. Avec Rakitic et Modric, les Croates disposent d’un duo de feu au cœur du jeu. Là où se joue, pardon, se gagne la majeure partie des rencontres au plus haut niveau.
Les Croates n’étaient pourtant pas franchement bien embarqués sur la route de l’Euro made in France. L’arrivée d’Ante Cacic aura donc tout changé. Cacic, formateur dans l’âme, a écumé les pelouses du pays au long d’une carrière loin du strass et des paillettes des soirées internationales. Le voilà qui s’avance vers sa première phase finale avec un flegme à mi-chemin entre le Britannique et le Vicente Del Bosque, une véritable influence sur ses stars (il les a toutes vues naître au pays, c’est vrai) et une sorte de force tranquille imparable. Cacic n’a certes pas encore le CV qui dégueule mais il est toujours invaincu à la tête de la Croatie.
Si on se souvient du stress de l’été dernier, quand Niko Kovac avait été limogé et quand la France, d’un coup, paraissait bien loin de Zagreb, il faut considérer l’impact du formateur bombardé sélectionneur. Avec une nouvelle génération qui émerge mais qui n’est plus à la marge, il pourrait emporter dans ses valises le très prometteur Domagoj Antolic, par exemple, milieu du Dinamo Zagreb qui ne fait pas tâche aux côtés des monstres précédemment cités. Et puis il faudra compter sur ce qui fait aussi leur force : l’efficacité dans les deux zones de vérité. Avec Danijel Subasic dans les buts, peut-être le meilleur des gardiens sous-cotés, et Mario Mandzukic aux avant-postes, un garçon qui se frotte aux défenseurs italiens depuis son transfert à la Juve et toujours un vrai poison des surfaces, ils ont de quoi faire. Sans oublier Ivan Perisic, six buts en éliminatoires et un vrai relais entre le milieu et l’attaque. Alors quand on sait ceux qui font le cœur de leur jeu… Sûr, les Turcs, les Tchèques et les Espagnols ne rigolent pas. On les comprend.

Bilan Euro
• 4 participations (1996, 2004, 2008, 2012)
• 14 matches, 6 v, 5 n, 3 d, 18 bp-16 bc
• Meilleure performance : quart de finale en 1996 et 2008
• Meilleurs buteurs : Suker (3 buts en 1996), Mandzukic (3 buts en 2012)

Classement FIFA : 23e

La cote Planète : 3

Comment ils jouent
Ante Cacic, qui est arrivé dans la peau d’un pompier de service en septembre dernier, a réussi le pari de la qualification et enchaîne les essais depuis. Les Croates ont ainsi évolué à trois derrière contre Israël puis en 4-3-2-1 trois jours plus tard, contre la Hongrie. Difficile de tirer des enseignements de ces essais, excepté qu’ils n’ont pas été franchement concluants. Le retour de Darijo Srna dans le couloir droit devrait stabiliser la défense à quatre, où Vedran Corluka et Dejan Lovren forment la charnière titulaire. Au milieu, la relation Modric-Rakitic est une arme redoutable sur laquelle les Croates veulent bâtir, mais Mateo Kovacic, disparu des écrans au Real Madrid, reste une énigme à l’heure de s’avancer vers l’Euro. Devant, il y a du lourd avec Mandzukic, Nikola Kalinic ou Marko Pjaca. Et Ivan Perisic peut jouer des deux côtés. De toute façon, il vaut mieux les priver de ballon. Ce qui est loin d’être gagné d’avance.

Le coach : Ante Cacic
Né le 29.09.1953 à Zagreb
En poste depuis septembre 2015
5 matches, 4 v, 1 n

Leurs éliminatoires
2e du groupe H
20 pts, 6 v, 3 n, 1 d, 20 bp-5 bc
09.09.2014 : Croatie-Malte 2-0 (Modric, Kramaric)
10.10.2014 : Bulgarie-Croatie 0-1 (Bodurov, c.s.c.)
13.10.2014 : Croatie-Azerbaïdjan 6-0 (Kramaric, Perisic 2, Brozovic, Modric, Sadygov c.s.c.)
16.11.2014 : Italie-Croatie 1-1 (Perisic)
28.03.2014 : Croatie-Norvège 5-1 (Brozovic, Perisic, Olic, Schildenfeld, Pranjic)
12.06.2015 : Croatie-Italie 1-1 (Mandzukic)
03.09.2015 : Azerbaïdjan-Croatie 0-0
06.09.2015 : Norvège-Croatie 2-0
10.10.2015 : Croatie-Bulgarie 3-1 (Perisic, Rakitic, N. Kalinic)
13.10.2015 : Malte-Croatie 0-1 (Perisic)

La parole à… Luka Modric
« Nous n’avons pas encore parlé de l’Euro dans le vestiaire du Real. La perspective de retrouver mes coéquipiers espagnols ne me réjouit pas plus que cela. C’est au 1er tour, il faut qu’on se qualifie, ce serait mieux de se retrouver plus loin dans la compétition. Mais nous avons un groupe très relevé avec la Turquie et la République Tchèque qui ont l’habitude de bien se comporter dans ce genre de phase finale. »
8 matches, 6 v, 2 d

Populaires

Presse magazines

Société d’Édition de Sites Internet Musicaux et Sportifs

Vélo Tout Terrain Planète Cyclisme City Ride Ride it

© 2017 Editions Le Nouveau Sportif / SESIMS

To Top